Course de drone dans un entrepôt - source youtube
Tout a commencé en septembre 2014 lorsqu'Hervé Pellarin, fondateur du club de modélisme Airgonay et ses camarades, avec l'autorisation de la mairie et de l'Office Nationale des forêts, pilotant leurs drones en ces lieux, difusèrent une vidéo de l'épreuve qui fit le tour du monde, et qui rencontra un franc et très vif succès, laissant présager que ce sport là pourrait bien être le sport "mécanique à moteur électrique" de demain !
Une histoire de drone
En France, la terminologie "drone" est définie par les quatre arrêtés suivants :
l'arrêté du 17 décembre 2015 relatif à la conception des aéronefs civils aéronefs qui circulent sans personne à bord, aux conditions de leur emploi et aux capacités requises des personnes qui les utilisent.
l'arrêté du 17 décembre 2015 relatif à l'utilisation de l'espace aérien qui circulent sans personne à bord, modifié le 30 mars 2017,
l'arrêté du 27 octobre 2017 fixant la liste des zones interdites à la prise de vue aérienne par appareil photographique, cinématographique ou tout autre capteur
l'arrêté du 30 mars 2017 modifiant l'arrêté du 17 décembre 2015 relatif à l'utilisation de l'espace aérien par les aéronefs qui circulent sans personne à bord.

NB : Avec ces 2 arrêtés on constate l'existence de deux régimes différents, non pas en fonction des machines elles-mêmes, mais de l'utilisation qui en est faite; lorsque l'utilisation est limitée au loisir ou à la compétition, on parle d'aéromodélisme ; les aéronefs non habités circulant sans personne à bord sont appelés "aéromodèles" ; ils couvrent une gamme de machines dans laquelle les "drones" achetés dans les rayons de jouets ou high-tech sont utilisés pour le loisir ou la compétition en rejoignant les "modèles réduits" pour lesquels la règlementation remonte plusieures années déjà.
--> tous les autres usages relèvent de la règlementation des activités particulières ou de l'expérimentation.   En anglais, le mot drone caractérise les abeilles à miel mâles qui sont issues d’un œuf non fertilisé, sans réel rapport avec le drone civil.

En anglais, le mot drone caractérise les abeilles à miel mâles qui sont issues d’un œuf non fertilisé, sans réel rapport avec le drone civil.

Drone de loisir et drone de compétition

D’un point de vue règlementaire, Le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire associe le drone de Loisir et le drone de Compétition comme suit : "L’utilisation en extérieur d’engins volants, même de petite taille et non habités, est considérée comme une activité aérienne et relève donc de la règlementation applicable à l’aviation civile".

Ainsi :
• sur le plan réglementaire il n'y a pas de différence, et pour l'un, et pour l'autre,
• sur le plan technologique, les variantes énoncées dans la règlementation ne dissocient pas le drone de loisir du drone de compétition,  

Comment distinguer le drone de loisir du drone de compétition ?
C'est une question de dialectique ; la réponse est dans à la finalité, c’est-à-dire l'utilisation, et non dans l'usage qui est le loisir. L'usage du drone de loisir et celui du drone compétition étant le même, leur l'utilisation respective implique des différences qui se retrouve dans
--> l'aspect (forme, poids, envergure, réactivité, vitesse, etc…)
--> le mode de télépilotage (FPV) ce dernier point étant une spécificité du drone de compétition.

First Person View (FPV)
définition :
FPV est l'acronyme anglais de First Person View, ou si vous préférez "le vol en immersion"; c'est une technologie de vol essentiellement pratiquée par les pilotes de drones en compétition. Cette technologie de vol nécessitant une très grande maîtrise, elle est  moins pratiquée par les télépilotes de drones de loisir.  
• le vol en immersion c'est quoi ? :
C'est la possibilité de diriger son appareil à l’aide de la vidéo transmise en temps réel dans des lunettes ou masque posés sur les yeux du télépilote. Les images sont celles de la caméra située à l’avant du drone ; c'est la raison pour laquelle on parle de vol en immersion. Le vol en immersion est né en 2013 à Argonnay dans le département de la Haute-Savoie, où des copains ont eu l'idée de pratiquer la course de drone FPV avec du marériel spécialement aménagé pour ce faire : c'est l'avènement du FPV racing ainsi que de la Team Airgonay qui fût la première à diffuser une vidéo de drone racing.
Cette vidéo a fait le tour du monde, elle connue un tel succès qu'en l'espace de quelques mois elle un microcosme d'équipes, de marques, d'organisations se sont créées générant un flux financier non négligeable autour de ce sport mécanique mu par des moteurs fonctionnant à l'électricité.
• comment ça marche ? :
Dans ses lunettes, outre le cheminement du drone, le télépilote voit des informations sur le fonctionnement de son multirotor, grâce à l’OSD (On Screen Display); l'OSD permet l'affichage des informations de vol en surimpression (état de la batterie, temps de vol, la télémétrie etc…).

NB : lors d’un vol en immersion, on trouve fréquemment  deux personnes; la première personne est le télépilote du drone et la secondes est le "spotter". C'est le "spotter" qui surveille le drone en vue directe, pour alerter le pilote d’un éventuel danger qu’il n’aurait pas détecté dans ses lunettes d’immersion. Parfois le "spotter" est celui qui reçoit le flux vidéo du drone par l’intermédiaire d’un écran. Dans le domaine de la vidéo cette technique est couramment pratiquée puisqu'on trouve le pilote et le cadreur, chacun ayant une radiocommande en main : la première pour diriger le drone, la seconde pour orienter la nacelle de la caméra.
la technologie utilisée en FPV :
En FPV, une caméra embarquée est installée à l'avant du drone ; elle capte les images en réel et transmet un flux vidéo analogique via la paire de lunettes dotée de deux écrans (un par œil).
L'avantage d'un flux vidéo analogique par rapport au flux numérique est :
une faible latence,
l'exploitation du signal même en cas de mauvaise réception (à cause de la distance, voir des obstacles...).
Malgrè tout, certains pilotes préfèrent la transmission d'un flux vidéo numérique justifié par une bien meilleure qualité d'image.
Le flux vidéo est transmis sous la forme d'une onde électromagnétique, c'est de la transmission sans fil sur la bande de fréquence 5,8Ghz.
Premiers pas en FPV racing
FPV racing signifie course de drone en FPV
• Débuter avec un mini drone
Pour débuter il est préférable d'utiliser un petit modèle de drone de compétition.
Parmi les avantages on relève :
--> le coût : il faut compter entre 50€ et 80€ pour ceux du type Husban X4 H107C, sans caméra, et +-/ 100 pour ceux du type Husban X4 H107D (ce dernier dispose des mêmes caractéristiques que le précédent, avec : caméra, émetteur vidéo, et écran sur la radiocommande en plus.
--> la petite taille de ces deux modèles permet de vous familiariser avec la manipulation des manettes, de passer du mode de télépilotage "normal" au mode "accro", indifféremment d'un espace extérieur à un espace intérieur.
Méthodologie :
Outre quelques prédispositions pour ce genre de discipline, et le fait de mener une vie saine et équilibrée accordant la pleine possession de vos capacités , vous devez être assidu, ne pas baisser les bras et être méthododique. Ce travail de fond, régulier et répétitif est un passage obligatoire pour acquérir réflexes et dextérité permettant de progresser et prendre un réel plaisir à piloter ; il est fait d'exercices simples à savoir :
--> stabiliser la hauteur du drone à +/- 1,50 mètres,
--> poser l’appareil sur une aire d’atterrissage de plus en plus petite (un carton par     exemple), et de plus en plus éloignée de vous,
--> faire des translations avant arrière et cherchant à la poser à vos pieds,
--> faire tourner le drone autour d’un objet (une chaise par exemple),
--> faire des demi-tours avec retour vers vous (mais commandes inversées),
--> faire de larges virages dans un premier temps, puis de plus en plus serrés.

En mode expert (accro) il vaut mieux privilégier des zones de vol bénéficiant de grands espaces.
Simulateur de vol et Premiers vol en mode "accro"
Avec du travail et de la persévérance votre confiance grandira chaque jour davantage, entraînant à sa suite une plus grande maîtrise, et une meilleure coordination instinctive des actions sur les manettes de la radiocommande, actions sur les manettes d'ailleurs très souvent par anticipation, mais conduisant toujours votre drone, là où il doit être, sur la bonne trajectoire, vers l'objectif, dans un temps de plus en plus réduit.
Les bons résultats, une sensation de grande vitesse induite vous procurera probablement des poussées d'adrénaline jusqu'à en devenir une "drogue" nécessaire une sensation que vous souhaiterez retrouver très rapidement.
Ayant franchi la première étape de la découverte qui procure le plaisir de la réussite, vous entrerez alors dans le cercle de la seconde étape, celle de l'apprentissage à piloter autrement, plus instinctivement, pour aller plus vite, plus juste, mieux et sans stress : cette étape, c'est celle du pilotage du drone en mode "Acro".

Probablement qu'il vous faudra revenir (si vous ne l'aviez pas déjà fait par le passé), au pilotage sur simulateur de vol FPV racing installé sur ordinateur avec une radiocommande dédiée (la même d'ailleurs qui vous servira pour télépiloter votre "racer"), mais cette fois-ci avec des sensations très proche de la réalité, sans risque pour votre matériel, mais qui vous garantira une progression très rapide dans le monde du FPV racing.
C'est alors qu'à l'avenir le pilotage exclusif en mode "Acro" vous apparaîtra être une évidence. Même si beaucoup de travail reste à faire dans ce mode là, vous voilà, "intronisé" dans le cercle restreint des pilotes FPV racing capable de jouer "gagnant" dans les courses de drones.
Matériel pour voler
 Pour voler il faut du matériel à savoir : un drone, une radiocommande, le nécessaire à la réception vidéo, des batteries (avec chargeur, testeur etc…), un petit outillage.

A ce stade, 2 solutions vous sont offertes :
• acheter un kit prêt à l’emploi (BNF) ou,
• acheter un kit à monter vous-même (ARF).
Le choix est un personnel; si un achat en kit "ARF", moins coûteux permet de mieux connaître à la fois : les composants et leur emplacement, la maîtrise du montage et par conséquence de changement de pièces, il faut quant même veiller au "S.A.V. en l'occurrence la possibilité de se procurer facilement et à moindre coût des pièces de rechanges (en cas de casse).

Nonobstant cette remarque (très importante), se pose alors la question du choix matériel par lui-même.

Le drone (racer) :
En principe sont des "multirotors", "quadricoptère" composés d'un ensemble d'éléments (cock, moteurs, ESC, contrôleur de vol, ESC, PDB, antennes…) dont la liste, la raison d'être et le fonctionnement ont été abordés dans la formation dédiée à l'apprentissage du pilotage sur ce site (ici)
Les racers sont légers et de petites tailles (la taille est définie par la classe du châssis, c’est-à-dire la diagonale séparant l'emplacement de 2 moteurs opposés) ; la taille du racer a évolué dans le temps, avec une tendance à la réduction ; actuellement elle oscille entre 130mm et 280mm.
La radiocommande :
C'est le donneur d'ordre, c'est grâce à elle que vous pourrez diriger le drone et, éventuellement, la caméra embarquée (s'il en est équipé).
Le choix de la radiocommande est important ; plutôt que de faire un choix sur le prix (en l'occurrence la moins chère), il vaut mieux veiller à la notoriété, et de la marque et du modèle.
Il existe une dizaine de modèles différents, les plus répandues étant : la Taranis X9D, la TBS Tango etc…
La réception vidéo :
La réception vidéo est composée de 2 éléments :
le récepteur vidéo permet de recevoir le flux en provenance de l'émetteur posé sur le drone (émetteur et récepteur doivent être calés sur la même fréquence), 
les lunettes, le masque qui permettent la réception des images transmises par la caméra posé et connecté au drone.
Les batteries :
Ce sont des batteries au lithium/polymère connues sous l'abréviation batteries LiPo ; elles délivrent un courant électrique continu.
La batterie est indispensable à la production d'énergie pour les moteurs et les accessoires (caméra, diodes etc…).
La batterie est identifiée par son nombre de cellules, par exemple 3S, 4S etc… ce qui donne une indication quant à son autonomie Plus le nombre de cellule est important , plus la batterie est lourde et plus est grande sa capacité permettant, en conséqunce de voler plus longtemps.
Le chargeur de batteries : les batteries doivent, impérativement être chargé avec un chargeur adapté, celui qui est fourni avec le kit; sur certians modèle le cable d'alimentation n'étant pas fourni, veuillez à ce que vous ayez un cable pour recharger la batterie
Le testeur de batterie est également un outil pratiquement indispensable pour vérifier la tension de la batterie qui ne doit pas descendre en dessous d'un certain niveau (indication sur la batterie elle-même).
Le strap est un ruban adhésif qui permet de maintenir, solidement attaché la batterie au drone.
Le petit outillage :
Le petit outillage nécessaire ne peut être évalué qu'en fonction du matériel de chacun; ce qui est certain c'est qu'il est souhaitable d'avoir :
• des pièces de rechange (celles qui présentent le plus de risque de détoriation),
• des pinces coupantes à dénuder,
• un fer à souder et de la soudure...
EMERGENCE D'UN SPORT MÉCANIQUE A MOTEURS ÉLECTRIQUES
Nous sommes probablement au début d'un événement qui, dans un très proche avenir, pourrait atteindre l'audience et la notoriété des courses automobiles d'aujourd'hui, avec en plus, l'émergence d'un sport mécanique utilisant des moteurs électriques, ce qui va dans le sens de la transition écologique.
En 2016 le "World Drone Prix" a Dubaî a été le premier grand prix de ce genre, doté d'1 million de $ de récompenses avec 250 000$ au vainqueur.
Cette page est dans le prolongement des paragraphes précédents. La vidéo ci-contre vous donne un aperçu de l'intérêt pour les courses de drones, et de l'importance de l'expression Anglaise le "FPV Racing" ou "Course de Drone" en Français.
La mise en place d'une course de drones ne s'improvise pas; outre le coût elle nécessite toute une logistique très importante. Le staff du site web course-drone.fr vous propose son assistance pour l'organisation d'une course de drones.

Layout Type

Presets Color

Background Image